Logotype inpes Institut national de prévention et d'éducation pour la santé

Améliorer l’éclairage


Les besoins en lumière sont variables selon votre pathologie, votre fatigue, le moment de la journée et la tâche à effectuer : lire ne demande pas le même éclairage que se déplacer. En général, les personnes atteintes de basse vision ont des besoins en lumière deux à trois fois plus importants.

 ? illustration

Adoptez dans toute la maison un éclairage uniforme. Passer d’une zone bien éclairée à une zone plus sombre est source d’inconfort voire de chute car votre adaptation visuelle aux changements lumineux est plus longue.

Une bonne luminosité permet de mieux voir les détails et les contrastes. Attention cependant, une source lumineuse mal dirigée peut entraîner des éblouissements. Pour diminuer l’éblouissement de la lumière du jour, il peut être intéressant de vous placer soit dos à la fenêtre, soit perpendiculairement. L’installation de stores ou de voilages peut moduler la lumière et amplifier votre confort.

Des lampes d’intensité réglable peuvent vous permettre de faire varier la lumière en fonction de vos activités, du moment de la journée ou de la saison.

Un éclairage indirect orienté vers un plafond blanc mat donnera une meilleure diffusion de lumière. Pour vos tâches ponctuelles (repas, lecture, mots croisés, bricolage, etc.) ajoutez un éclairage avec une lampe d’appoint à bras articulé, orientable, pour voir de près. Essayez-en plusieurs pour choisir la meilleure.

Il existe différents types de lumières et de lampes : ampoules incandescentes, à économie d’énergie ou fluorescentes (différentes teintes de lumière du jaune orangé au blanc bleuté, proche de la lumière du jour), éclairage halogène, nouvelles lampes à diodes, de quoi s’y perdre ! En fonction de la tâche et du lieu, certaines solutions seront plus adaptées que d’autres. Un professionnel spécialisé dans l’éclairage (opticien, ergothérapeute, électricien, grossiste en éclairage) accompagnera vos choix et vous les fera essayer en situation.